docteur, médocs & cie

Private Practice

real life

Les * mentionnent des liens affiliés | The * are affiliated links

medocs cvs

J’ai testé pour vous: trouver un nouveau docteur à Boston. Nouvelle vie, nouvelle culture, nouvelle langue mais toujours les mêmes tracas du quotidien lorsque l’on suit un traitement médical depuis deux ans. Bref, je ne vais pas rentrer dans les détails mais je me suis retrouvée à sec sans même m’en rendre compte. Petit oubli de trois jours. Appartement dévasté après la recherche de mon ordonnance (introuvable à ce jour) à 21h30 (normal). Je n’ai pas vraiment eu le choix: moi qui adorait mon précédent médecin, j’ai dû tourner la page plus tôt que prévu.

Donc ici, les médecins spécialisés travaillent dans les hôpitaux & avoir un rendez-vous le jour même (sans avoir à attendre de longues heures aux urgences) ou le lendemain est une autre paire de manches.

Après avoir arpenté les mots-clés de l’internet mondial, Cyp a trouvé un centre médical type Oceanside Wellness dans Private Practice. En gros, c’est un cabinet privé comprenant plusieurs médecins ayant une spécialité différente. Et en théorie, on peut non seulement avoir un rdv le jour même mais aussi créer un lien plus humain et avoir un meilleur suivi médical surtout lorsque l’on habite dans une aussi grande ville. Ils ont également un laboratoire sur place et tout le nécessaire médical si besoin.

En pratique, le centre se situe au 28ème étage d’un building entre Government Center & Financial District avec une vue incroyable sur la baie de Boston. Je me suis retenue de faire ma provinciale et je n’ai pris qu’une seule photo mais je peux vous dire que c’était absolument magnifique étant donné qu’il faisait super beau et qu’aucun nuage ne gâchait le décor.
Il y a des fauteuils et un canapé super confortables, le tout décoré avec goût, des boissons en libre service, des magazines “smart”. (Désolée pour les amoureux de presse people, faudra passer votre chemin.) Et tout le monde est tout sourire, aucun jugement ni rien. On est choyé du début à la fin.

 

Mon nouveau médecin est super gentille ; plutôt Meredith que Christina (Grey’s Anatomy). Et super patiente avec des faux airs de Violet (Private Practice).

Bref, j’en suis ressortie super rassurée & mon ordonnance m’attendait dans le CVS de mon quartier.

CVS / La pharmacie

Ici, les médicaments s’achètent au CVS Pharmacy. Il y en a de partout, des petits, des géants avec Minute-Clinic inclus, certains sont ouverts 24/24h. On peut y trouver de tout: nourriture, boissons, produits de beauté, etc. En gros, c’est encore mieux que l’épicerie du coin.

Quand j’y suis passée hier pour récupérer mon traitement, j’en suis ressortie avec les pastilles pour le lave-vaisselle et une bouteille d’eau. Je me suis retenue de me prendre un mag, faut dire que j’avais déjà fait des emplettes chez Anthropologie quelques heures plus tôt, fallait pas déconner.

Au comptoir, j’ai donné ma carte d’assurance, j’ai attendu quelques minutes le temps que la pharmacienne prépare ma commande et on m’a donné mes petites boîtes pour le mois. Scène ordinaire américaine.

La facture: 

L’adhésion annuelle pour le cabinet médical nous a coûté $200. Nous avons la chance, avec l’assurance souscrit via la boîte de Cyp de pouvoir choisir n’importe quel docteur et/ou spécialiste, ce qui n’est pas le cas pour tout le monde.

Le co-payment, c’est-à dire la partie qui n’est pas remboursée par l’assurance, nous a coûté $15 pour la consultation qui s’élevait à $52.

A CVS, j’ai payé $10,14 pour mes médocs, en co-payment, toujours.

Conclusion: 

Alors, oui, quand on vient de France où 99% des fois, tout est remboursé par la sécu, ça fait un peu mal au porte-monnaie. En ce qui nous concerne, comme on était au courant des pratiques et que ce n’était clairement pas une surprise (dans le sens où je savais qu’il faudrait y passer un jour prochain), finalement, ça ne nous a pas semblé si cher. Et pour citer mon cher Docteur Carron : “En France, on a tendance à oublier que la médecine n’est pas gratuite.”

Sinon, j’ai eu un super bon feeling avec mon nouveau docteur, malgré les différences culturelles et mon manque de vocabulaire médical en anglais, surtout qu’il fallait que j’explique quasiment 4 ans d’antécédents médicaux. Ça m’apprendra à ne pas ranger mes papiers.

Et rien que pour la superbe vue, je peux vous dire que je ne risquerai pas d’arriver en retard les fois prochaines.

Voilà. A la sortie du CVS, je me suis jetée sur mes pilules, telle Carrie Mathison (Homeland). Nous avons frôlé de peu la crise (bipolaire), les amis !

Ah, j’ai aussi appris que je mesurais 5″2′. C’est trop cool.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Google+Pin on Pinterestshare on TumblrTweet about this on TwitterShare on Facebook
Posted by

Je suis une exploratrice hors-pair de tous ces petits détails qui font la beauté de ce monde.

Let's talk!

  1. Misère ! déjà qu’ici je perds tous mes moyens face à une blouse blanche alors être claire à l’étranger …

    • C’était une de mes craintes, j’avoue. Et ça s’est très bien passé. Et puis il ne faut pas sous-estimer Google translation 😉

Leave a Reply


Antispam : *